Tai Chi Chuan
Art du faîte suprême
 

PHILOSOPHIE

 

C’est en observant un combat entre une grue et un serpent que le moine taoïste Shang San Feng eut, au XII ème siècle, l’intuition duTai Chi Chuan:


« La souplesse serait préférable à la rigidité, les mouvements circulaires et lents seraient plus efficaces que la dureté et la force.»


Pour arriver à ce résultat, le Tai Chi Chuan, ou Boxe du Faîte Suprême, va s’appuyer sur le mouvement alternatif des deux forces qui engendrèrent l’univers: le yin et le yang.


Chaque mouvement en Tai Chi Chuan est donc marqué par un temps yin puis par un temps yang,  un temps le serpent, un temps la grue, dans la douceur et la lenteur. 

Ressentir le yin et le yang, c’est ressentir le plein et le vide, l’inspir et l’expir, l’eau et feu. C’est ressentir l’équilibre interne, la justesse dans son mouvement, l’harmonie avec l’univers.

Le Tai Chi Chuan favorise le calme, la concentration, fortifie le corps et rend l’esprit serein.


C’est une connaissance approfondie de soi pour mieux vivre avec les autres.

ENSEIGNEMENT


Nous pratiquons la Forme 108 du style Yang,  enseignée par Fuxiang Meng, qu’il a enrichie de  toute son expérience et sa maîtrise de la spirale, du Fa Ching, des ondes du dragon et du serpent.

Le Tai Chi Chuan est avant tout un art martial, même si dans sa lenteur il semble inoffensif.

Cette martialité est un code, un art de vivre, qu’on exprime dans la pratique du Tui Shou.


Nous pratiquons aussi la forme enseignée par Mantak Chia, le Tai Chi Chi Kung.