Qui suis-je?
 

J’ai commencé la pratique du Kung Fu en 1989, après avoir réalisé un reportage sur la 1ère femme française championne du monde de combat, Patricia Fanget.  A l’époque, il était impensable de battre les chinoises.

J’ai alors rencontré Michel PERSON-N’GUYEN, son entraîneur, mon futur Maître.

Je n’ai cessé ma pratique du Kung Fu depuis lors, avec l’obtention du grade fédéral ceinture noire 1ère dan.

En remontant aux sources du Thieu Lam, on découvre que tout démarre en Chine, au VI ème siècle, avec un moine bouddhiste appelé Bodhidharma. Il enseigna

qu’il faut bien connaître son corps pour faire la paix dans son coeur et son esprit.

En remontant à Bouddha, on apprend que l’un de ses premiers enseignements fut la respiration en pleine conscience: le corps et l’esprit réunis.

Mais pour cela il faut ralentir l’activité. D’où l’art du Chi Kung, indispensable travail interne pour équilibrer le travail externe du Kung Fu.

En 2000, grâce à mon amie Fabienne Flamand, (le Tao de la Femme Lune) je découvre Mantak CHIA, ses livres, ses nombreux séminaires à Paris, son système, sa manière toute simple de dire que dans le Tao il suffit d’ouvrir la main.

En 2011 j’obtiens le diplôme d’instructeur après un séjour au Tao Garden, le centre paradisiaque de Mantak Chia en Thaïlande

En 2005 je commence ma formation en Shiatsu avec Michel ODOUL, et suis diplômé en 2011.

Parallèlement je découvre le Chi Nei Tsang avec Mantak CHIA, et ensuite avec Gilles MARIN, avec de nombreux stages de formations.

A ce jour j’ai dû faire plus de 400 massages Shiatsu et Chi Nei Tsang réunis.

En 2007 je rencontre Fuxiang MENG. Un chinois typique, rond et souriant, parlant beaucoup, mais surtout fin connaisseur du Tai Chi Chuan et du Chi Kung. Son précieux enseignement est la spirale du chi.

Tout spirale dans la vie, et nous devons aborder le chi de cette manière. Ce qui suppose une façon bien particulière de bouger, de respirer, d’être entier.

En 2011 je découvre le chamanisme de Luis Ansa qui ressemble à une maison que j’aurais habitée, qui serait cachée dans les méandres de ma mémoire, et dont il faudrait réveiller le souvenir et les sensations...